gerb ministry
Russian
Русский
English
English
French
Français
Spanish
Español
German
Deutsch
Italian
Italiano
Portuguese
Português
український
Україн
Kazakh
Қазақша
Chinese
中文
Arabic
ﺔﻴﺑﺮﻌﻟا
Mongolian
Mонгол
Vietnamese
Tiếng Việt
Moldavian
Moldov
Romanian
Română
Türkçe
Türkçe
Home About Site map Useful links Log in

            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31




Les rêves irréalisés de Vera Moukhina

Une nouvelle exposition de l'éminente sculptrice russe Vera Moukhina, créatrice du monument sculpté mondialement connu " L'ouvrier et la kolkhozienne ", visible à la galerie Tretiakov présente sous un jour nouveau cette grande figure tragique qui n'a réussi à réaliser qu'une partie infime de ses projets.

Consacrée au 125e anniversaire de la naissance de l'artiste, l'exposition présente ses esquisses et projets irréalisés.

Au total, il s'agit de 20 œuvres, toutes conservées dans les réserves de la galerie Tretiakov. Ce sont des portraits sculptés, des projets. Aucun d'eux n'a jamais été réalisé pour différentes raisons. Beaucoup n'ont jamais été exposés. La pièce la plus remarquable est sans doute le projet de la statue d'Iakov Sverdlov, un dirigeant du parti soviétique. La statue est nommée " La flamme de la révolution ! ". A l'époque il a vivement déplu aux officiels du régime. La statue est étirée vers le haut, une main tient une torche allumée. Un véritable symbole de la révolution ! Cependant, le parti a considéré que c'était caricatural. " Et voilà Icare, œuvre favorite de Moukhina, sa réaction à la mort du pilote d'essai Valeri Tchkalov. Icare devait devenir le panthéon consacré à tous les pilotes morts ", raconte la commissaire de l'exposition Lioudmila Marts.

" L'idée de Moukhina était formidable : l'édifice devait être rond, surplombé d'une coupole, avec, au centre, une piscine dans laquelle tombait Icare et autour d'elle des urnes avec les cendres des pilotes. Icare touchait l'eau de son aile et personne ne voyait et ne devait pas voir le support placé sous l'eau. C'est un projet superbe. J'aimerais bien qu'il soit réalisé. "

Vera Moukhina préférait les œuvres monumentales. Les créations des autres sculpteurs ont pour support des statuettes. Chez Moukhina, toute statue était d'une taille immense. " Ses préférences pour les grandes formes, même dans les portraits sculptés, sont évidentes ", confirme une autre commissaire de l'exposition, Larissa Bedretdinova.

Même ses portraits revêtent un caractère monumental. Moukhina a une vision de l'homme très intéressante : elle met en relief la constitution, la taille. Prenons son portrait du pilote d'essai Vladimir Kokkinaki : c'est un portrait, mais on comprend aussitôt que c'est un homme d'une haute stature.

La plupart des pièces exposées sont des portraits dont chacun traduit le caractère de l'époque : la volonté, l'intransigeance, la vigueur. La sculptrice adorait la beauté héroïque des gens. C'était tout à fait dans l'esprit de son époque. Pourquoi alors la plupart de ses projets sont-ils restés irréalisés ? Peut-être parce que Vera Moukhina était trop indépendante et pas comme les autres. Ses projets n'ont pas été acceptés, apparemment par vengeance en raison du caractère unique de l'œuvre : il était, en principe, impossible de la mettre dans le même panier que les autres.

Même son œuvre la plus célèbre, " L'ouvrier et la kolkhozienne " a subi les aléas du sort. Après son triomphe à l'exposition universelle de 1937 à Paris, la statue a été endommagée au cours de son transport à Moscou. L'artiste s'est vue obligée de la reconstruire. La sculpture a été installée devant l'entrée de l'Exposition des réalisations de l'économie nationale, mais on l'a placée sur un piédestal bas et non pas sur celui que l'artiste demandait. Lioudmila Marts raconte que Vera Moukhina a eu également des problèmes avec une autre statue, celle du compositeur Tchaïkovski, installée devant le Conservatoire de Moscou.

" Selon l'idée de Moukhina, un vieillard jouant de la flûte ou un berger devaient être placés sur la face du piédestal tournée vers le Conservatoire car Tchaïkovski était quand même très proche de la musique populaire, du folklore. Hélas, cela lui a été interdit."

Vera Moukhina a surnommé ses projets irréalisés " Les rêves mis en rayon ". La galerie Tretiakov les a retirés de ce rayon et les offre à l'attention du public ! L'exposition sera ouverte jusqu'à la fin de l'année.



http://french.ruvr.ru/
Lien actif obligatoire pour tout usage des données recueillis sur se site
Tous droits réservés
Lien en code HTML:
<a href="">Les rêves irréalisés de Vera Moukhina</a>
Recherche


Important
Références
FAQ
Nouveau
La carte interactive Centres d'études

Programmes de formation près-universitaire

© 2007-2013 Ministère de l’éducation et de la science de la Fédération de Russie
Copyright Notice